L’huile de palme et la santé

L’apport en huile de palme

Dans les produits alimentaires, l’huile de palme est souvent en association avec d’autres huiles et graisses, l’ensemble déterminant la composition en acides gras du produit et les éventuels effets sur la santé. Il n’existe aucune donnée à l’échelle européenne sur la consommation d’huile de palme. En France, la consommation d’huile de palme était de 2,7 grammes par jour en 2013, ce qui représente environ 4 % de l’apport total en AGS par adulte (CREDOC 2014).

Rien n’indique que la consommation d’huile de palme dans le cadre d’une alimentation équilibrée est liée à quelque problème de santé que ce soit. Le lien entre les nutriments et la santé doit prendre en considération l’alimentation en général, et non pas seulement des produits alimentaires individuels. 

En comparaison avec d’autres graisses et huiles, l’huile de palme présente des niveaux moyens de graisses saturées. Une récente méta-analyse sur les effets de la substitution de l’huile de palme par d’autres graisses et huiles sur les biomarqueurs validés des maladies cardiaques a montré que la substitution de l’huile de palme par d’autres graisses engendre des changements positifs et négatifs en termes de marqueurs de maladies coronariennes et cardiovasculaires. La substitution d’acides gras trans par l’huile de palme entraîne des changements nettement positifs (Fattore 2014).

Les acides gras trans font monter le taux de cholestérol LDL et font baisser celui du cholestérol HDL, et augmentent le risque de développer des maladies coronariennes et des AVC (Mozafarian 2009, Bendsen 2011). L’utilisation de l’huile de palme pour remplacer les acides gras trans dans les produits alimentaires a eu un impact positif sur la santé dans la plupart des pays européens. Les acides gras trans ne représentent plus un problème sanitaire en Europe occidentale en raison de leur consommation désormais peu répandue.